Ce site utilise des cookies pour vous offrir un meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies.  En savoir plus.

J'accepte
 Tout savoir sur l’autonomie d’une trottinette électrique !

Tout savoir sur l’autonomie d’une trottinette électrique !

 

Le facteur "autonomie" dépend d'énormément de paramètres. On notera par ordre d’importance ceux sur lesquels vous pouvez agir :

-        La résistance à l’air

-        La résistance des roues sur la route

-        La résistance électrique

-        Votre manière de conduire

 

La résistance à l’air

Votre prise au vent est un des facteurs qui réduit drastiquement l’autonomie. Il dépend de 3 paramètres qui sont :

·       La surface projetée au vent (votre carrure)

·       La vitesse

·       La température de l’air

Pour faire simple, la physique dit que si vous roulez 2 fois plus vite, vous consommerez 4 fois plus d’énergie. En clair, à 50km/h au lieu de 25km/h, vous consommerez non pas 2 mais 4 fois plus d'énergie et donc réduirez drastiquement l'autonomie.

Votre carrure est aussi un facteur agissant proportionnellement. Si vous êtes 2 fois plus grand, vous aurez besoin de 2 fois plus d’énergie à une même vitesse. Ce qui explique pourquoi la vitesse max peut varier de quelques km/h selon les utilisateurs pour une puissance de trottinette électrique donnée.

En hiver, avec des températures plus froides, la densité de l’air augmente. Vous pousserez donc plus d’air en roulant et donc utiliserez plus d’énergie par rapport à un même trajet effectué en été. Pour palier à ce problème, choisissez une trottinette électrique ayant une batterie légèrement plus importante à vos besoins.
À l’utilisation, et avec les différences de températures constatées entre l’été et l’hiver en France, vous pouvez voir une différence pouvant aller jusqu’à une réduction de 10 - 30% d’autonomie selon les régions de France.

 

La résistance des roues 

Une trottinette électrique perd également de l’énergie au niveau des pneus. Ce phénomène est visible en touchant le pneu après avoir parcouru quelques kilomètres. Vous sentirez le pneu chauffer sur la bande de roulement.

Ce phénomène provient de la transmission d'énergie du pneu à la route et dépend de la dureté de la gomme que vous avez. Un pneu plus dur réduira cette résistance et augmentera donc l’autonomie mais en contrepartie, le confort et la tenue de route se verront réduits.

Sur un pneu gonflable (plus mou), le confort et la tenue de route sur route mouillée seront bien meilleurs mais les frottements au niveau du contact "pneu" et "route" seront eux plus importants, réduisant légèrement l'autonomie.

Sur un pneu mal gonflé ou supportant une très grosse charge de poids, le pneu va s'écraser et donc augmenter ses effets de frottement sur la zone de contact. Il en résulte une autonomie fortement réduite à l'utilisation.
Pour les utilisateurs plus lourds, nous préconisons une batterie et une pression des pneus plus importante afin de compenser ce problème.

Vous l'aurez bien compris, c’est donc un choix à faire et des pneus toujours bien gonflés ! À contrôler régulièrement !

 

Chez MOBYGUM, nous avons choisi d’opter pour une bonne « tenue de route » (pour la sécurité) tout en conservant l’autonomie grâce à des pneus gonflables maintenus à bonne pression. Cependant, si vous préférez avoir des pneus durs, ils sont disponibles sur notre Neon.

La résistance électrique

Toutes les batteries de trottinette électrique ont un rendement qui provient, pour faire simple, de leur résistance électrique interne. Cette résistance varie en fonction de la température. Plus les températures sont froides et plus cette résistance augmente, le rendement de la batterie se verra réduit et donc l’autonomie diminuée. L'impact est généralement de l'ordre de -30% sur l'autonomie en hiver, mais plus faible lorsque la trottinette roule une courte période dans le froid.

Au retour des températures normales, la batterie reprendra ces caractéristiques électriques d’origine et donc son autonomie optimale.

 

La manière de conduire

La façon dont vous conduisez influence également l’autonomie. Un moteur électrique a des rendements plus faibles sur les basses vitesses et surtout lors des démarrages. Une fois que vous atteindrez une vitesse plus élevée, votre rendement de moteur sera optimal mais la résistance à l’air viendra prendre le dessus et vous fera à son tour perdre de l’autonomie.

En clair, rien n’est parfait, mais si nous pouvons vous conseiller afin d’optimiser au mieux votre autonomie, nous vous préconisons d’anticiper les freinages et d’avoir une conduite douce. Pourquoi ? Car en anticipant les freinages, vous sollicitez plus souvent le freinage régénératif (freinage moteur) de votre MOBYGUM et ainsi renvoyer cette énergie directement dans la batterie.

Si vous demandez un freinage plus fort, les freins à disque viendront compléter le freinage et transformeront cette énergie cinétique en chaleur, comme sur nos voitures thermiques, c’est donc de l’énergie perdue et une usure plus rapide pour vos plaquettes de freins…

 

Vous avez désormais toutes les clés en mains pour maximiser ou estimer votre autonomie !

 

Chez MOBYGUM, les autonomies annoncées sont testées pour une personne de 75kg et pour une température moyenne (environ 20°C). 

Si vous devez parcourir beaucoup de kilomètres sur un seul trajet, nous vous préconisons de garder sur vous un chargeur additionnel.

L'équipe MOBYGUM vous souhaite bonne route !

 

 

Tous les commentaires